Trio Dintrich

Michel Dintrich a commencé sa carrière dans les Cabarets de la Rive Gauche à Paris. Début original pour un guitariste classique….Puis il se produit dans le monde entier en tant que soliste et enregistrera un « tube » le célèbre Canon de Pachelbel. En 1982, il se tourne vers la sculpture, puis en 1985, il décide de partir à l’aventure et voyage en Indonésie, chez les Asmats là où vivent les derniers Papous coupeurs de tête… Guitariste mondialement connu, il a popularisé la fameuse « Guitare à 10 cordes » de la première heure et fort d’une carrière artistique émaillée d’aventures picaresques, Michel Dintrich est devenu depuis quelques années compositeur des œuvres qu’il interprète.

Non content d’avoir 10 cordes à sa guitare, il a su convaincre ses petits-fils Simon et Elie d’ajouter leurs cordes aux siennes.

Les trois musiciens dévoilent une complicité telle qu’à les entendre on ne saurait dire lesquels sont les petits ou les grands. Un trio familial de très grande qualité, preuve absolue que la musique n’a pas d’âge, car, lorsqu’on joue ensemble, le problème de génération ne se pose pas.

 

PRESSE /  la dépêche du 9 septembre 2011

Concert du 2 septembre :

Le TRIO DINTRICH : Un beau voyage musical !

Les spectateurs étaient venus nombreux écouter le Trio Dintrich, composé de Michel Dintrich à la guitare, et ses petits fils, Simon au violon et Elie au violoncelle.

A l’affiche Vivaldi, P. Antonio Soler, Pablo de Sarasate, Manuel de Falla et aussi les compositions de Michel Dintrich, une palette qui a séduit le public, transporté à travers les siècles. Ce fut un voyage dans le temps mais aussi dans les pays méditerranéens, l’Amérique ou la Chine, promenade que Michel Dintrich, grand voyageur lui-même, et son trio surent nous faire partager.

Le programme était séduisant ainsi que ces trois artistes qui par, leur virtuosité, leur complicité ont su transmettre au public la mélancolie d’une Playera ou l’émotion d’un Lamento, le rythme d’un Fandango, d’une Giga, l’énergie et la fougue d’une Danse rituelle du feu. Ce soir-là, les cordes vibraient, chantaient, célébraient les différences, les cultures mais aussi la musique qui unit les générations. Une belle soirée musicale comme Musique à Albas sait les programmer. A la fin du spectacle, une dégustation de foie gras et de vin de Cahors « Château Eugénie »  permettait aux spectateurs de finir la soirée agréablement en présence du Trio Dintrich.